Bumcello :: Cyril Atef & Vincent Ségal
spacer

presse



Animal Sophistiqué

Bumcello, organisme brut

Bumcello, organisme brut

Dix ans et cinq disques, le duo Bumcello n'a pas chômé, oeuvrant ensemble ou séparés pour les autres, de M à Piers Facini, d'Yves Robert à Susheela Raman. Malgré cet agenda des plus chargés, la paire d'électrons libres a trouvé le temps d'enregistrer un nouvel opus de chansons. Son titre, Animal Sophistiqué, leur ressemble à merveille.


Fin septembre, un café parisien. Dans quelques jours, ils vont traverser l'Atlantique pour jouer en Républicaine Dominicaine, à Haïti puis au Pérou. En rentrant, Cyril Atef va devoir préparer le live de son projet Congopunk, une expérience forcément. Lui tout seul, enfin avec un complice, un dénommé Dr Kong, "un performer qui est chargé de me voler la vedette. C'est un projet inspiré par les Konono No 1, en différent ..." On imagine. En rentrant, Vincent Ségal devrait lui aussi avancer sur son projet solo, le second après le remarqué T-Bone Guarnerius, "des suites pour violoncelle en hommage à mon prof ... Enfin pas franchement du classique pour tout dire." On imagine. Le premier est grand et batteur : c'est Bum. Le second est plus petit et violoncelliste : c'est Cello. Bienvenu dans l'univers de Bumcello, où tout est son contraire, bien entendu. Animal Sophistiqué, le titre de leur nouvel album, a franchement valeur de symbole. "Ça résume bien qui nous sommes." Une entité qui, sous des dehors foutraques, recèle de petites perles mélodiques, de trésors harmoniques ... Bumcello, ça cogne mais c'est classe.

C'est ainsi qu'il faut entendre leur nouveau disque, comme un Ovni, comme des vibrations qui traversent tous les styles, du classique à l'électronique, sans a priori. C'est un peu la marque de fabrique de l'une des paires les plus actives de l'Hexagone, reconnue jusque dans les lieux branchés de Californie : ne pas se conformer aux attentes, se moquer des préjugés et surtout prendre et puis donner bien du plaisir. Cela s'entend, ceux-là s'entendent comme pas deux. "Cyril voulait faire des chansons. Sur scène, on joue une musique assez énergique et sa voix est assez extrême. D'où le format très rock, enregistré d'un bloc !" Et le batteur, devenu chanteur leader, d'ajouter : "Enfin, pop-rock : ce sont des thèmes qui n'excèdent guère les quatre minutes !" Animal Sophistiqué est né dans des chambres d'hôtels, entre deux dates pour M, et les titres ont été "posés" dans la cave de Cyril Atef. "J'ai composé l'essentiel ainsi, mais certains thèmes sont nés d'idées surgies dans nos live ..." Au final, Animal Sophistiqué a été enregistré en dix jours.


Explosif

"Ce disque, il t'explose à la bouche !" Vincent Ségal aime à souligner leur rapport à la chanson, leur méthode de travail à deux, très liés. "C'est essentiel. On part d'un gimmick de Cyril, j'ajoute mon point de vue, il corrige, je dévie ... Et voilà ! " Le résultat est une collection de douze titres tendus, avec quelques moments d'accalmie tel que cet instrumental baptisé T Tris(te) "en référence au jeu le plus triste de la Terre". Un opus diablement baroque, sacrément libertaire. Entendez, qui évolue aux frontières de tous les référents, tout à la fois ludique, tellurique, hypnotique ... Un peu trop de speed, dans tous les sens ? "C'est notre originalité, le côté plein."

Pour les entendre plus au calme, il faudra écouter la bande originale qu'ils viennent de signer pour le film de la soeur de Cyril, Emilie, Molly's Way. En attendant, revenons à ce drôle d'Animal Sophistiqué qui invite une ribambelle d'amis, la plupart des chanteurs de métier. "Histoire de créer un contraste avec la voix nasillarde de Cyril." Tommy Jordan, un vieil ami américain ; Piers Facini, apôtre d'une folk décadrée ; Vic Moan, le poète qui habite Paris depuis des lustres ... Quant aux textes, ils sont tous signés Cyril. "Il parle beaucoup de stress ", tance son complice. Il en va de Gogo, qui ouvre le bal : "Notre vie dans le milieu hostile qu'est la ville ..." Plus loin, Dalila parle d'amour impossible "sur fond de dogme religieux"... Ou encore l'inquiétante ballade Sierra Mountain Top, "sur le repli et la peur de l'autre". C'est pourquoi elle est (dé)chantée en trilingue, par Cyril, Californien aux origines perses ... Et pour finir, Monolife, sur fond de cordes sensibles et de rythmes éclatés, "la vie quotidienne d'un mec qui n'a pas un horizon très large, avec une vision très terne ..." Mais d'autres ne manquent pas d'humour comme Djizzney, "une histoire de sperme et Britney Spears ..." Ou encore Jet Set, formidable gimmick entre funk et punk, "né il y a deux ans dans une soirée Cartier à Chaillot où Grace Jones jouait après nous. Très drôle ! Personne n'écoutait, sauf Moebius* ..." Un autre genre d'animal sophistiqué


Jacques Denis