Bumcello :: Cyril Atef & Vincent Ségal
spacer

presse



Nude for Love

Les inrockuptibles

Les inrockuptibles

Depuis sept ans, les deux protagonistes de Bumcello impriment humblement leur marque sur des dizaines de disques, parfois situés à l’opposé sur le spectre musical, franchissent tels des surhommes un continent en quelques mesures. De Cesaria Evora à l’Anglo-Indienne Susheela Raman, de Cheb Mami au 113 sans oublier M, ils touchent à toutes les cultures sans ostracisme ni automatisme.

L’entité Bumcello leur permet de fondre leurs expériences. Le jeu parfois tribal et délirant d’Atef (percussions), son chant grave combinés à la spontanéité érudite de Ségal (violoncelle), élaborent un ébouriffant vocabulaire de polyglotte. .
Pour ce duo fureteur, s’enfermer en studio est presque contre-nature. Un disque est pour eux une simple photo - souvenir. Pourtant Nude for Love, leur deuxième album, n’a rien d’un cliché voué à jaunir. Au contraire, il se révèle mouvant, s’enflammant au contact d’un afro-beat abrasif, se drapant d’une mélodie orientale après s’être défoulé lors d’un rock mutant. Les Bumcello, insaisissables globe-trotters, prisent plus qu’auparavant le format chanson, avec Sarareve, Nude for Love (empruntée à Vic Moan) ou le magnifique Beautiful You, hip-hop tsigane habité par les rappeurs californiens de Blackalicious – qui ont récemment requis les services de Ségal.

"Quand on me propose un projet intéressant, même débordé de travail, je suis tenté d’accourir. Chercher un disque peut me rendre malade." Voilà qui permet mieux de cerner la passion compulsive de Bumcello pour l’inédit, le grand frisson.

Vincent Brunner
24 avr. 2002
Télérama

Télérama

Novatrice association de deux sidemen qui accompagnent habituellement des pointures comme M, Susheela Raman, Ben Harper ou Vanessa Paradis. L'un, le doux et romantique Vincent Ségal, joue du violoncelle électrique en lançant des clins d'oeil à Jimi Hendrix, au bérimbau brésilien, au sarangi indien. L'autre, le facétieux Cyril Atef, manie les percussions tous azimuts en picorant du côté des steel drums trinidadiens, des tam-tams camerounais, des karkabou marocains. Né à Reims de parents juifs d'origine roumaine, Vincent a fait le conservatoire de Lyon avant d'aller traîner ses bottes dans le rock, le funk et les musiques contemporaines. Grandi entre Berlin et Los Angeles dans une famille franco-iranienne, Cyril fut « punk hardcore » avant d'étudier la composition au Berklee College of Music de Boston.

Dans le nomadisme de leurs improvisations de haute volée - sorte de Vivaldi gnaoui à la sauce techno -, on entend le ping-pong du reggae, des choeurs zou- lous, des fanfares tsiganes. Une musique « en zigzag », sorte de drum'n'bass élégante, tour à tour bondissante et alanguie, parfois visitée par les bruissements de la forêt amazonienne, parfois détournée en grincements machiniques. « Interstitielle », disent-ils.

Eliane Azoulay
19 avril 2002
Télérama n° 2727
Vibrations

Vibrations

Rarement duo aura produit avec autant de singularité de musiques au pluriel. Après une mise en jambe sur Comet et un bout d’essai sur Signature, le duo Bumcello a signé sur un plus gros label histoire de prendre le soin de mieux préparer cette troisième galette. Les ingrédients qui entrent dans la constitution de Nude for Love sont divers, jamais avariés. Le temps de 18 titres, les deux complices s’illustrent aussi bien du côté des tropiques brésiliens qu les rives du breakbeat américain, des plages du désert marocain que sur les terres de la pop en forme de bon trip, jusqu’aux sables d’un dub.

Le percussionniste Cyril Atef et le violoncelliste Vincent Ségal ne se refusent rien, pas même l’envie de jouer avec les mots, qu’ils malaxent, ni le besoin de s’amuser avec les rythmes, qu’ils concassent. Ils invitent d’ailleurs avec parcimonie quelques amis à les rejoindre : M et Seb Martel aux guitares sur l’hypnotique " Death in Brest ", thème porté par la voix de Manou n’Guessan et créé pour les chorégraphies de Bernardo Montet, puis les Blackalicious pour porter les paroles de l’entêtant " Beautiful You ", ou encore deux violons pour rappeler l’influence de la musique contemporaine.
Si sur scène la formule s’appuie sur un sens de l’improvisation surdéveloppé, le passage en studio témoigne de plus de concision, soulignant la qualité des arrangements et leur faculté de tresser des gimmicks mélodiques qui font mouche, sans céder aux facilités d’usage.

Jacques Denis
Magic

Magic

Nude for Love marque le retour d’Hurlu Berlu. Cyril Atef et Vincent Ségal, dans le civil, sont néanmoins plus connus en tant que musiciens de M que pour leurs propres œuvres, jusqu’ici plutôt libres et décalées. Issus du jazz et de l’expérimentation, ils attirent cependant un parterre d’initiés sensibles à leurs escapades en milieu hostile. Mais ce nouvel album, signé chez le label de Thomas Fersen, devrait cependant élargir le cercle de leurs amis
.
Car même si le disque conserve son droit d’inventaire ethno, jazzy expérimental, il se veut sans doute plus pop et plus abordable (Beautiful You). Le funk, le dub, le rock, le hip-hop roots, la chanson et même… le zouk y sont traités avec les meilleurs égards, une espièglerie certaine, un sens de la dérision et de la mélodie dignes d’artistes ouverts sur le monde qui les entoure.

Bien que le socle musical du duo repose sur ce dialogue violoncelle/batterie, la production et les arrangements foisonnent d’idées et de richesses, évitant toute redite titre après titre. Avec Nude for Love, le vocabulaire musical de Bumcello s’étoffe et s’élargit sans jamais se dédire.

Trax

Depuis quelques années, les deux Français Vincent Ségal (violoncelle et plus) et Cyril Atef (batteur touche-à-tout) ont envahi nos platines sans que l’on s’en rende compte. Accompagnateurs inspirés de DJ Mehdi, Shalark (en live) ou Ben Harper, ils constituent sans doute la paire de musiciens la plus polyvalente du moment.
Même si l’on est au courant de leur capacité à faire du tout-terrain, leur album " Nude for Love " (après un premier jet produit par Docteur L.) impressionne par sa densité, son télescopage de rythmes, de sonorités originaires de tous les continents. Aidés des " open minded " Blackalicious, de Sly&Robbie, Bumcello offre sa vision de la musique où l’afrobeat croise une pop acoustique et vénéneuse, où le dub contamine tous les compartiments de jeux. Une source de sensations presque inépuisable.